Les monuments

Église SAINT-PIERRE / SAINT-PAUL du XIIème siècle

La construction de l'église Saint Pierre et Saint Paul, en pierres originaires de la carrière de Berchères-les-Pierres,  remonte au XIIème siècle. La nef principale est précédée par une tour sans doute de le même époque mais considérablement remaniée depuis. Elle est surmontée d'un petit beffroi en bois couvert d'ardoises.
La partie la plus remarquable est le porche, construit en pierres, le porte formant un grand arc. Au dedans on découvre un portail roman avec archivolte soutenu par des colonnes surmontées de beaux chapiteaux à feuillage.
A l'intérieur on trouve quelques statues de Saint dont Saint-Vincent patron des vignerons. En effet, jusqu'en 1973, la moitié des familles de Nogent-le-Phaye cultivait la vigne. Cette statue en bois ancien du 17ème siècle n'a plus de mains.

Groupement paroissial téléphone : 02 37 25 70 54
Permanence à Sours : lundi de 16h à 18h, mercredi de 11h à 12h, samedi de 10h à 12h.

Personne relais de Nogent-Le-Phaye :
Mme MENAGER
Téléphone : 02 37 31 68 50

Portrait d'une centenaire

"Marie Charlotte", la cloche de l'église, fut bénite par Monseigneur Irénée La Grange, assisté de MM Adrien Vaugéan (curé de Nogent-Le-Phaye) et Charles Pasquier (Maire). Des arabesques et frises à décor végétal ornent sa robe. Une vierge et une tête de christ y sont également gravées.

Elle fut posée dans le beffroi du clocher le 27 octobre 1893.
Elle fut fondue par Maître Saintier, M Bollée, fondeur à Orléans,
elle sonne en sol ; un ton différents de toutes autres,
elle mesure 99,4 cm de haut pour le même diamètre et pèse 600 kg.

"Marie Charlotte" ne fut pas l'unique cloche de l'église. Trois autres furent posées puis dépandues dont l'une d'elles pour la fonte de boulets et de monnaie en 1792 lors de la Révolution. La première, nommée Gabrielle, fut bénite le 15 mai 1744. Puis le 14 mars 1793, le chanoine de l'Eglise de Chartres et Chapelain honoraire de la Reine, a béni deux cloches "Pierre" et "Paule". Nous ne savons pas ce que sont devenues ces trois cloches mis à part que l'une d'elles fut refondue.

Extrait de "Notre Village" par Madame DEBON

l' Éolienne Bollée du XIXème siècle et le lavoir

Histoire du lavoir

Lors des délibéraions du Conseil Municipal du 21 août 1892, Monsieur le Maire expose que les sources qui alimentent la Roguenette sont à sec depuis quatres ans, que, depuis ce moment, la commune de Nogent se trouve sans eau et que les femmes sont obligées d'aller à Oisème ou à Chartres pour laver le linge, ce qui leur occasionne une grande perte de temps ainsi qu'aux personnes obligées de les conduire.

Après cette première délibération le Conseil Municipal envisagea l'établissement d'un lavoir sur le terrain que possède la commune auprès de la fontaine de l'église.

Cependant l'Eglise n'approuva pas cette emplacement. Six ans plus tard, après avoir changé plusieurs fois d'emplacement, le lavoir est presque terminé sur le terrain cédé par M.LECOMPTE. Le 23 octobre 1898 l'éolienne Auguste Bollée est enfin en fonctionnement.


Histoire de l'éolienne Bollée

Vers le milieu du XIXe siècle, au moment où l’agriculture quittait l’ère des parcelles familiales pour commencer sa concentration, rendue nécessaire par l’accroissement de la population, plusieurs industriels ou ingénieurs s’attachèrent à développer des machines élévatoires mues automatiquement par l’énergie éolienne dans le dessein d’assurer une irrigation régulière des cultures en puisant dans les nappes phréatiques. Un de ces ingénieurs, par exemple, fut Dupuy de Lôme, surtout connu pour ses réalisations navales.

Malgré tout, ces éoliennes sont très imparfaites : d’abord le rendement, similaire à celui d’un moulin à vent, n’excède pas 20 % ; deuxièmement, même si un gouvernail permet aux pales de suivre la direction du vent, une surveillance continue est nécessaire pour diminuer la surface alaire en cas de grand vent.

Parmi tous les chercheurs se détacha bientôt Ernest Bollée du Mans qui, en 1868, déposa un brevet de machine éolienne hydraulique, complété en 1885 par son fils Auguste et exploité par leur successeur, l’ingénieur Edouard Lebert. Ces aéromoteurs présentent deux caractéristiques fondamentales : d’abord le moteur est une turbine constituée d’un stator formant déflecteur et d’un rotor, ce qui augmente le rendement, ensuite un dispositif remarquablement ingénieux met automatiquement la turbine au vent pour des vitesses normales, et, en cas de tempête, l’oriente en drapeau ce qui annule sa prise au vent.

L'éolienne, inscrite au titre des monuments historiques, est l'emblême de la commune de Nogent-le-Phaye. Elle ervait à remonter de l'eau, pour remplacer les anciennes fontaines du village, alimenter le lavoir et irriguer les terres alentours. L'éolienne marchait ne plus du vent avec un moteur et pouvait s'orienter toute seule pour prendre le plus de vent possible. Elle s'arrêtait en cas de tempête.

Utilisation des cookies

Le site http://www.nogent-le-phaye.com/ utilise des cookies (petits fichiers texte) qui sont déposés sur votre ordinateur afin de recueillir des informations anonymes sur vos activités de navigation sur le site internet et d'améliorer votre expérience en ligne. Ils ne sont en aucun cas utilisés pour recueillir des informations personnelles vous concernant.

En savoir plus sur les cookies

OK